Quotas-carbone
A22, Expert en Logistique

Accueil Carbone transport Optimisation Emissions de CO2 Réduire les GES Logistique verte Ecologistique News letter A22 Actualités

      A22, Expert en Logistique est un cabinet de Conseil en logistique qui intervient pour optimiser les schémas logistiques: Tel 09.60.41.30.75

 

 

 

« Logistique verte, mythe ou réalité ? »

Outre la prise de conscience éthique envers l'écologie à laquelle on assiste depuis de nombreuses années, un bon nombre d'indicateurs laisse à penser que la logistique verte sera très bientôt en bonne place dans les préoccupations des directions Supply Chain. Contraintes réglementaires endurcies, coûts logistiques revus à la hausse, accès au marché restreint en cas de non obtention de label vert…l'écologistique a de beaux jours devant elle !

La logistique verte ou écologistique (voir définition - dossier vocabulaire du site www.cat-logistique.com *) est en passe de devenir un sujet capital au vu des enjeux stratégiques qui se profilent. Le Grenelle de l'environnement à venir et depuis 2005, le décret relatif aux déchets d'équipements électriques et électroniques (les « DEEE ») ne sont que quelques-uns des prémices de changements à prévoir dans nos organisations logistiques. Selon les scénarii les plus plausibles, un certain nombre de faits vont amener les responsables logistiques à revoir leurs pratiques et schémas de flux associés. Le coût du transport d'abord, va se trouver affecté par la hausse de l'énergie mais il est également à parier que le transport routier se retrouvera taxé de manière significative et ce, afin d'inciter les chargeurs à privilégier les autres modes de transport. Ensuite et on le vit déjà, la réglementation des DEEE impose le recyclage d'un grand nombre de produits.

La reverse logistics, répondant à cette obligation, sera une notion de plus en plus présente dans les organisations étant donné l'augmentation des retours de biens électriques et électroniques. Enfin, seules les entreprises montrant « patte verte » auront accès au marché pour y vendre leurs produits ou services. Celles qui ne remplissent pas les conditions démontrant le caractère « durable » de leur activité (matérialisé par des achats ou des procédures durables par exemple), perdront en attractivité. En prenant le cas du distributeur, celui-ci pourra en effet devenir responsable du non respect de certaines règles commis par l'un de ses fournisseurs. De quoi motiver ces derniers à se mettre en conformité. Si la date de réalisation de ces hypothèses est inconnue, l'anticipation n'en est pas moins recommandée. Face aux spéculations et aux mesures qui sont déjà en application et parfois ignorées, une certaine émulation est en train de naître dans les têtes de nos dirigeants. « Nous notons un passage de la philosophie à la réalité ces dernières années » note Carine Vu, consultante au sein du cabinet GCL et en charge des problématiques de développement durable en logistique. « Après la sensibilisation observée en faveur de l'environnement, la réglementation oblige véritablement à parler et à mettre en œuvre la logistique verte » ajoute-t-elle en mettant le doigt sur les difficultés rencontrées aujourd'hui en la matière. En plus du retard accumulé par rapport à nos voisins, allemands par exemple, et du manque de clarification des nouvelles lois, nos industriels rencontrent des problèmes de méthodes lorsqu'ils souhaitent appliquer les nouvelles directives. Autrefois surtout sollicitée à sens unique, la Supply Chain connait désormais un fort trafic à double sens depuis l'écologistique et suppose plus que jamais de travailler en vrais partenaires en son sein.

La création d'une filière de recyclage n'est d'ailleurs pas qu'une simple formalité consistant à retourner un produit en fin de vie. Des accréditations étant obligatoires concernant le transport de matières usagées et potentiellement dangereuses, des acteurs différents pour le « retour » entrent en effet en action. « Contrairement aux retours de produits invendus, le traitement des déchets ne fait pas appel à une Supply Chain symétrique et c'est là que nait toute la complexité » souligne Eric Mamy, consultant et gérant du cabinet A22, Expert en Logistique. Etant donné les bouleversements et les mesures associées à mettre en place, on comprend pourquoi les donneurs d'ordres tardent à se plonger corps et âme dans l'écologistique car tout ceci à un coût. Plusieurs thèses intéressantes sont audibles à ce sujet : la logistique verte peut-elle constituée une source de profit pour l'entreprise ou est-t-elle seulement en contradiction avec l'efficience de l'organisation logistique ? Un constat est universel : plusieurs moyens pour se mettre à l'écologistique sont envisageables. Optimiser son transport, agir sur les infrastructures logistiques en intervenant dès la conception des bâtiments (énergie, matériaux utilisés, gestion de l'espace) et travailler sur le produit lui-même sont quelques unes des actions possibles. Sur ce dernier point, plusieurs niveaux d'intervention existent tant dans l'entrepôt (optimisation de son espace de stockage, traitement des déchets utilisés dans les processus dont il fait l'objet) qu'au niveau de sa conception. Un autre des moyens durables les plus en vogue et les plus prometteurs en matière de logistique verte est bien sûr l'emballage du produit. C'est un des leviers importants auxquels s'intéressent les chefs de projet : faire en sorte que l'emballage ne soit pas à usage unique ou encore que celui-ci s'adapte au maximum à la forme du contenu. L'emballage serait même l'une des illustrations susceptibles de prouver aux acteurs de la Supply Chain que l'écologistique peut être une source de profit. « En adaptant le contenant à son contenu, le volume utilisé par produit est moindre lors de son transport. Il en résulte une maximisation de la capacité du camion et donc, plus de marchandises transportées, c'est un coût de transport par unité moins élevé » résume Carine Vu. Parallèlement à cela, un certain nombre de principes logistiques semblent être remis en cause par l'écologistique. La gestion en flux tendu est un de ces « axiomes » qui risquent de se voir reconsidérés. Comment tendre les flux en étant « vert » ? Telle est la question à laquelle s'efforceront de répondre Eric Mamy et Carine Vu lors du petit déjeuner conférence « Logistique verte, mythe ou réalité ? », qui aura lieu prochainement à Paris**. « Plus on diminue les lots, plus on augmente le nombre de camions. Plus on optimise la logistique, plus on crée d'entrepôts » lance le consultant. Et effectivement, augmenter la fréquence d'approvisionnement tout en augmentant les volumes par camion semble une équation difficile. Au-delà des intentions louables et indispensables pour diminuer l'impact des activités logistiques sur l'environnement, le débat reste ouvert, passionnant et on l'espère, moins durable que la cause qu'il défend !

La rédaction de Physical Supply Chain (septembre 2007)

   
Envoyez un courrier électronique à pour toute question ou remarque concernant ce site Web. quotas-carbone@a22.fr
Copyright © 2009-2011 Quotas carbone
Dernière modification : 05 mars 2013   EMY / A22 Expert en Logistique Tel: 09.60.41.30.75
Conseil Logistique - Consultant Logistique - Consultant Supply Chain - Formation Logistique - Audit logistique - Diagnostic logistique - Logistique - Clubs Logistique- Supply Chain Management -Optimisation de tournées
Nos autres Sites:   www.a22.fr    www.arpaconseil.com    www.maroc-logistique.com    www.edilogin.com    www.cat-logistique.com ...